PAROLE D'EXPERTS

 

Association de Conseillers Indépendants au service de la gestion de votre patrimoine

Les investisseurs pris au dépourvu par la baisse des matières premières

Posté le : 04/07/2017

« Comment nous (et le marché) ­nous sommes-nous autant trompés ? » s'interrogent Jeffrey Currie, le responsable de la recherche en matières premières de Goldman Sachs, et son équipe, dans une note publiée jeudi.  Certes, certains facteurs étaient « imprévisibles », estime Goldman Sachs, qui cite le retour de la Libye et du Nigeria sur le marché pétrolier, l'impact de la météo sur les rendements des récoltes et la demande de gaz naturel. Mais les analystes reconnaissent qu'ils ont « mal évalué la rapidité avec laquelle l'offre de matières premières a répondu de manière autodestructrice à la hausse des cours ». (…) Ainsi, il ne faut plus compter sur les trois grands moteurs des six à neuf derniers mois, à savoir le pari de « reflation » aux Etats-Unis, une nouvelle poussée massive du crédit en Chine et divers chocs du côté de l'offre sur des marchés clefs. « Le gouvernement des Etats-Unis semble s'être détourné de sa promesse d'offrir un cycle de croissance porteur pour les ressources naturelles, la Chine impose peu à peu des contrôles plus stricts, notamment dans l'immobilier, et les principaux conflits miniers, comme dans le cuivre au Chili, ont été résolus, indique Tom Price, analyste chez Morgan Stanley. Il ne reste qu'un seul facteur à même d'influencer les prix, à la hausse ou à la baisse, c'est la demande physique. »  Or, cette demande est, selon lui, « faiblement positive » pour la ­plupart des marchés de « commodities ».

 

La suite sur lesechos.fr